Coeur de Louves, c'est plus qu'une histoire de sacs.

Je vais vous raconter une histoire.
L’histoire d’un rêve. Tout commence souvent par un rêve.
.
Ici, c’est le rêve d’abord en tant que femme, de ne plus me sentir objet des désirs d’une société de consommation qui décide pour moi.
La pub qui tambourine mon regard, mes oreilles et qui me dit, qui je dois être, comme je dois être. De préférence mince, jeune, un peu rebelle mais pas trop. Heureuse ou malheureuse, peu importe, du moment que cela me fait acheter.
Les magasins, qui m’en proposent. Toujours trop. Derrière ce trop, du peu, du mal, du pas du tout. Trop peu de savoir-faire reconnu, du mal fait aux hommes, à leur terre, à notre Terre, pas du tout de conscience. Juste proposer, encore, et encore. 
Et si nous retrouvions le juste équilibre.
.
Nous vivons dans cette société chanceuse ou
tous nos besoins vitaux sont remplis :
manger à notre faim, dormir assez, boire à notre soif. Nous ne ressentons pas le besoin de nous battre pour survivre, car tout est à portée. C’est une chance. Une fois ces besoins remplis, il ne reste plus, normalement, qu'à nous accomplir, à construire des choses qui nous tiennent à coeur, pour nous, nos proches, les autres, ici ou ailleurs.
Mais au lieu de nous accomplir, nous comblons le temps par le trop qu’ils nous proposent. Trop de consommation, trop de séries, trop de mal bouffe…
.
C’est ici même que je me suis autorisée à rêver.
Pas à renier.
.
Cette société pleine de confort est une chance. J’aime moi-même flâner devant les vitrines, m’évader le temps d’une fiction, grignoter avec caprice.
Mais j’ai rêvé de cet équilibre, du trop qui deviendrait juste.
J’ai alors commencé à dessiner Coeur de Louves.
Proposer un autre chemin, un joli chemin.
.
Proposer juste ce qu’il faut, des produits pour vivre la ville, se déplacer en se sentant élégante, femme, avec des matières qui n’exploitent pas les hommes, ni les animaux, ni l’industrie du pétrole.
Des matières issues de ce que nous donne la nature.
Lui prendre avec raison.
.
Et aller plus loin que ça.
Ecrire une histoire avec les femmes.
Ecrire l’histoire d’une nouvelle ère où l’on achèterait en conscience.
Proposer ce joli chemin où lorsqu’elles achèteraient, elles ne seraient pas qu’un numéro de carte bancaire, elles seraient cette femme pour qui on a pris du temps pour penser le produit, sa confection, sa réception.
Une histoire qui deviendrait une fleur lorsqu’elle achète son produit.
Une histoire où le fait de choisir ce produit ne créerait pas des déchets inutiles.
.
Une histoire de logique après tout.
Une histoire où un lien se crée entre le créateur et le destinataire le temps de cet achat et après.
Une histoire où l’humanité serait remis au centre de nos décisions d’achat.
Voilà l’histoire que je veux conter avec Coeur de Louves.
Voilà, le rêve que je veux partager pour le vivre avec vous.

1 commentaire

  • Juste magnifique texte… merci de nous ouvrir les yeux Caroline. Et surtout quel courage d’avoir pris ça en main et d’etre Active pour le bien de tous 😘

    Eileen

Laisser un commentaire

Nom .
.
Message .